Truc # 18

Aimer le trèfle et les pissenlits

Partager ses trucs et astuces sur les médias sociaux #mamaisondurable
Participer au concours

À gagner : deux nuitées dans un chalet écologique Solisterra.

« Parce que je suis une amoureuse des fleurs de toutes sortes... et qu'une pelouse écologique où règne la biodiversité nécessite beaucoup moins d'entretien qu'une pelouse conventionnelle! »
Mélanie de Val-Morin
  1. Je sème des espèces, comme le trèfle, qui sont bien adaptées à notre climat, ne demandant pas d’engrais et sont très résistantes aux parasites et aux maladies. Je laisse ensuite la nature faire son travail! Diverses jolies fleurs tapissent mon parterre pendant l’été.
  2. Je tonds la pelouse régulièrement, mais pas trop souvent (et pas trop court!) pour permettre au sol de rester humide et je laisse le gazon coupé au sol.

Le faire à la maison

L’aménagement paysager est un passe-temps pour bien des Canadiens qui consacrent beaucoup d’énergie et d’argent à l’entretien des pelouses et des jardins. Au cours d’une journée type, en 2005, près de 11% des Canadiens de 30 ans et plus ont passé, en moyenne, plus de deux heures à entretenir leur pelouse et leur jardin.

Malgré les efforts déployés pour mieux sensibiliser les gens aux dangers que représentent les pesticides pour la santé, la consommation que font les ménages canadiens de ces produits pour la pelouse ou le jardin n’a guère évolué. La proportion de ménages consommateurs n’a que faiblement diminué, passant de 31% en 1994 à 29% en 2005.  

Pourtant il est possible d’obtenir des résultats satisfaisants sans avoir recours aux pesticides chimiques !

Le faire chez soi en 5 étapes faciles

Lâchez prise sur la pelouse “parfaite” qui ressemble à un “vert de golf”: changez de point de référence! Les plantes qui poussent toutes seules ne demandent ni eau ni engrais pour rester belles tout l’été. La biodiversité fait partie intégrante d’un environnement sain et nécessite beaucoup moins de travail qu’une pelouse manucurée!

Autres idées porteuses

  • Convaincre ses voisins d’aimer leurs pissenlits et de laisser tomber les combats de coqs liés aux pelouses.
  • Afficher son choix (ex. avec une affichette : J’aime la biodiversité!) et bien entretenir son terrain afin de ne pas associer pissenlits et négligence.
  • Si vous ne pouvez pas tolérer les pissenlits, arrachez-les plutôt que de mettre des pesticides… de bons outils manuels sont disponibles en quincaillerie.
  • Les gens qui sont allergiques aux pissenlits (un allergène mineur) le sont certainement davantage aux bouleaux et aux graminées qui fleurissent en même temps! Allons-nous éliminer les bouleaux et les pelouses? Les graines de pissenlits ne sont pas allergènes, mais le pollen l’est un peu pour une minorité de gens.
  • Participer à une activité à la Maison du développement durable.
Du côté de la Maison du développement durable

La Maison n’a pas de terrain, alors elle a opté pour mettre des plantes sur son toit vert. Le type de toiture végétalisée aménagé se caractérise par son faible poids et parce qu’il ne requière pas d’irrigation. Le choix méticuleux des plantes, un mélange de 14 variétés de Sedum, et la nature du substrat composé de matériaux absorbant l’humidité, telles l’argile, l’ardoise et la pierre à savon, permettent d’entretenir la vie sans arrosage artificiel.

Nos experts

La Maison du 21e siècle

Partenaires

 

Crédits des photos de la campagne : Alexandre CV. Idée originale : Aurore Tanier, Amélie Ferland et Aude Crispel.