Qu’est-ce qui a doublé en 2016? Le nombre des défenseurs des droits assassinés.

Rodrigo Mundaca, défenseur de l’accès à l’eau au Chili.

Le nouveau rapport d’Amnistie internationale, Attaques mortelles mais évitables : homicides et disparitions forcées à l’encontre des personnes qui défendent les droits humains, souligne l’escalade des dangers auxquels font face les défenseur-e-s des droits humains – des personnes de tous les milieux qui œuvrent en faveur de la promotion et de la défense des droits humains.

Parmi ceux-ci, Berta Cáceres, défenseure hondurienne de l’environnement et des droits des peuples autochtones, abattue en 2016 après avoir subi des menaces et des agressions pendant des années.

Le rapport comporte les témoignages d’amis, de proches et de collègues de défenseur-e-s des droits humains, y compris d’écologistes, de défenseur-e-s des droits des femmes et des personnes LGBTIQ, de journalistes et d’avocats, qui ont été tués ou qui ont disparu. Beaucoup ont expliqué comment les demandes répétées de protection des victimes avaient été ignorées par les autorités et comment les agresseurs avaient échappé à la justice, ce qui a alimenté le cercle vicieux de l’impunité.

Partout, des femmes et des hommes mettent leur courage au service de la communauté; ils bravent le danger pour défendre les droits. Les défenseurs ont besoin de votre appui. Vous aussi, vous avez le pouvoir d’être brave en participant à la campagne Je m’indigne, j’agis, je suis BRAVE!

Vous pouvez aider les familles à obtenir justice ou à protéger les défenseurs avant qu’il ne soit trop tard, tel Rodrigo Mundaca, défenseur de l’accès à l’eau au Chili.

linkedin Google+