Culture intensive de maïs et de soya : pratiques gagnantes pour le producteur et pour l'environnement

Le 25 octobre 2016 à 12 h 15, la Maison du développement durable, en collaboration avec l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQÀM (ISE) et le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE-Montréal), a présenté la conférence « Culture intensive de maïs et de soya : pratiques écologiques gagnantes pour le producteur et l'environnement » de Marc Lucotte, professeur et titulaire de la chaire de recherche sur la transition vers la durabilité des grandes cultures à l’UQÀM et Louis Pérusse, agronome chez SCV-Agrologie à Pont-Rouge.

Cette conférence permettait de découvrir les nouvelles façons de cultiver le maïs et le soya avec de hauts rendements presque sans herbicides et de proposer des conditions gagnantes-gagnantes pour les producteurs et pour l’environnement.

Contexte 

Les grandes cultures au Québec, le maïs en grain et le soya, couvrent plus de 800 000 hectares et représentent l’une des grandes productions et sources de revenus agricoles. Elles sont aussi responsables du principal usage d’herbicides à base de glyphosate (du type Roundup®). Si maintenir de hauts rendements dans les grandes cultures est d’une importance stratégique pour préserver la prospérité de ce secteur, il est crucial de réduire drastiquement l’utilisation d'herbicides pour rendre cette activité durable. Pour cela, il faut changer les pratiques.

Avec la collaboration de producteurs dans deux zones climatiques du Québec, les membres de l’équipe interdisciplinaire de Marc Lucotte et de Louis Pérusse travaillent sur la restauration et le maintien des fonctions des sols agricoles procurés par la mise en place de systèmes de semis direct sur couverture végétale permanente avec un usage réduit d’herbicides. Grâce à ces nouvelles pratiques, ils assurent non seulement la rentabilité des cultures à moyen terme et leur durabilité à long terme, mais ils réussissent aussi à préserver les services écosystémiques de ces systèmes prometteurs. En collaboration avec des conseillers en planification territoriale, ils définissent les conditions d’adoption à grande échelle de ces systèmes alternatifs de culture. 

Visisionner l'événement

Afin qu'un maximum de personnes puissent profiter de cet événement, la Maison a testé une nouvelle technologie de webdiffusion gratuite. Vous pouvez donc revoir l'événement en direct ici.

Les présentations des conférenciers sont également disponbiles en téléchargement (PDF)

- Présentation de Marc Lucotte (PDF)
- Présentation de Louis Pérusse(PDF)

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier l'ISE, le CRE-Montréal, Copticom, Novae, le Journal Métro ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2016 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+