Les défis urbains pour limiter les débordements d’égouts

Étant donné que la conception des systèmes de drainage urbain actuel repose sur l’hypothèse fondamentale que les précipitations historiques sont stationnaires, les inondations dans les zones urbaines pourraient se produire plus fréquemment.

Le 21 mars 2017 à 12 h 15, la Maison du développement durable, en collaboration avec l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQÀM (ISE) et le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE-Montréal), présente la conférence « Les défis urbains pour limiter les débordements d’égouts », donnée par Philipe Gachon, professeur au Département de géographie.

Contexte

Il est maintenant largement reconnu que le changement climatique conduira à une probabilité et une intensité plus élevées des phénomènes météorologiques extrêmes ou à forts impacts qui sont susceptibles de causer des blessures et des pertes de vie chez les êtres humains, des dommages matériels, des bouleversements sociaux et économiques, et favoriser la dégradation de l’environnement. Ceci est en particulier le cas dans les zones urbaines où les infrastructures sont vieillissantes ou ont atteint la limite de leur durée de vie utile. Une gestion optimale des eaux pluviales en milieu urbain nécessite, autant que faire se peut, une compréhension de la réponse des infrastructures de drainage existantes vis-à-vis du changement climatique.

Étant donné que la conception des systèmes de drainage urbain actuel repose sur l’hypothèse fondamentale que les précipitations historiques sont stationnaires, les inondations dans les zones urbaines, à la suite d’événements futurs de précipitation dépassant la capacité des systèmes existants, pourraient se produire plus fréquemment.

Question abordée

Cette présentation analysera comment le changement dans le régime de précipitation pourra potentiellement affecter les événements de débordements d’égouts ou d’inondations urbaines dans le futur à partir des informations climatiques disponibles à l’échelle régionale et locale. Elle analysera également comment réduire ces risques en se basant sur une analyse quantitative et le jugement d’experts, et notamment en intégrant les facteurs climatiques et les éléments de vulnérabilité et d’exposition des infrastructures et des populations au niveau local.

La conférence sera offerte par :

  • Philippe Gachon (Ph.D), Professeur Régulier, Département de Géographie, Membre Régulier (Chercheur), Centre pour l'Étude et la Simulation du Climat à l'Échelle Régionale (ESCER), Université du Québec à Montréal

  • Guillaume Marcotte, PhD chimiste, Scientifique - Direction générale du Service météorologique du Canada - Environnement et Changement Climatique Canada (ECCC) - Gouvernement du Canada

Participer à l’événement

Durée de l’événement : 1 h. Contribution suggérée : 5 $. Pour réserver : lamdd.org/RSVP

Si vous ne pouvez vous déplacer, visionnez la webdiffusion en direct sur le Face book de la Maison.  Vous pourrez également visionner cet événement par la suite en consultant cette actualité ou la page où sont archivées toutes les webdiffusions réalisées par la Maison. 

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier Hydro-Québec, partenaire principal de sa programmation. Elle remercie aussi l'ISE-UQAM, le CRE-Montréal, COPTICOM, Novae, le Journal Métro et Planetair, grâce auquel seront compensées les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2017.

linkedin Google+