Exposition Traces de vie de Denis Bordeleau

L’expositionTraces de vie de Denis Bordeleau présente une série d’œuvres gravées sur cartons recyclés inspirée de la réalité des bidonvilles.

Du 18 janvier au 7 février 2017, la Maison du développement durable présente l’exposition Traces de vie de Denis Bordeleau, une série d’œuvres gravées sur carton recyclé et inspirées de la réalité des bidonvilles.

« Ce n’est plus un phénomène isolé que celui des bidonvilles à travers le monde », rappelle l’artiste. « On peut qualifier de chaotique leur organisation physique. Le désordre structurel caractéristique de ces constructions constitue un paradoxe entre une pauvreté extrême et toute la richesse morphologique de ces architectures de la nécessité », relève-t-il.

Le but de ce projet est de dépeindre certains de ces environnements de façon singulière au moyen d’une installation d’œuvres gravées. Celles-ci deviennent comme les ossatures de ces bidonvilles, parfois aux limites de l’abstraction, où prédominent la spontanéité et la vigueur des tracés.

« Le sujet étant fortement lié à la pauvreté, j’ai choisi de le traiter à l’aide de supports que l’on peut également qualifier de "pauvres" », explique l’artiste. Ainsi, différents types de cartons représentent l’essentiel des supports utilisés. Ils bénéficient d’une seconde vie, ayant servi à l’origine pour l’emballage de biens de consommation.

Vernissage et dévoilement

Le vernissage se tiendra le 18 janvier à 12 h 15 dans le cadre d'un grand réseautage et du dévoilement de la programmation 2017 de la Maison du développement durable.

Durée de l’événement : 1 h 30. Pour réserver : lamdd.org/rsvp

À propos de l’artiste

Détenteur d’un baccalauréat en arts visuels de l’Université Laval, Denis Bordeleau vit et travaille à Québec. Cumulant plusieurs années de pratique artistique, il a présenté son travail à plusieurs endroits au Québec, dont au centre d’artistes Vaste et Vague, au Centre Léo Ayotte, au Centre d’art de Kamouraska (exposition prévue en 2017), ainsi qu'à quelques galeries d’art contemporain. Il a également participé à plusieurs expositions collectives.

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier son partenaire principal à la programmation. Elle remercie aussi le partenaire de cette exposition, GDG Informatique et gestion, ainsi que COPTICOM, Novae, le Journal Métro et Planetair, grâce auquel seront compensées les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2017.

linkedin Google+