Exposition Homo Antarctica de Lorraine Turci

« La perfection est atteinte non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. » 

Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, chapitre 3, L’avion.

Du 4 au 25 mars 2017, la Maison du développement durable présente, en primeur à Montréal, l’exposition Homo Antarctica – Dichotomie d’une planète de la photographe Lorraine Turci.

L’Exposition universelle de 1967 imaginait une terre des hommes idéale - cinquante ans plus tard, l’humanité est arrivée à un stade de développement où la mise en danger de la planète tend à l’autodestruction. 

La photographe pose ici un regard sur la pluralité des formes de vie, où la perfection serait de l’ordre de l’équilibre. Cette diversité est présentée en douze diptyques : la pureté de l’Antarctique fait pendant au foisonnement des constructions humaines, célébrant ainsi la concomitance de ces deux réalités et les réunissant en un autre rêve.

Vernissage

Le vernissage de l’exposition se tiendra le 4 mars à 20 h, dans le cadre de la Nuit blanche de Montréal. Surplombant l’exposition, un grand écran présentera en continu une vidéo réalisée par la photographe, en lien avec son exposition, mixant librement images d’archives de l’Expo 1967 et photos environnementales anciennes et actuelles. Une dichotomie passé-présent qui interroge l’archive, la conservation, l’environnement et les rêves d’avenir.

Les participants pourront également profiter d’une foule d’autres activités prévues dans le cadre de la Nuit blanche 2017 : Terre des Hommes à la Maison ! Au menu : DJ, bar, photomaton et créations artistiques pour revivre l’ambiance de l’Expo 67.

Durée de l’événement : 5 h. Contributions volontaires. Pour réserver : lamdd.org/RSVP 

À propos de l’artiste

Diplômée des Beaux-Arts de Nantes et titulaire d’une maîtrise en photographie de l'université Paris 8, Lorraine Turci est une photographe voyageuse d’origine française vivant et travaillant à Montréal depuis 2010. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions aux États-Unis, en Chine, en France et au Québec, notamment au musée du Montparnasse à Paris ou encore au Centre des Arts Actuels Skol à Montréal.

Merci !

La Maison du développement durable tient à remercier Hydro-Québec, partenaire principal de sa programmation. Elle remercie aussi les partenaires de la Nuit blanche, COPTICOM, Novae, le Journal Métro et Planetair, grâce auquel seront compensées les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2017.

linkedin Google+