L’influence des eaux souterraines sur les milieux naturels

Crédits photo : Sylvain Gagné.

Le 22 novembre à 12 h 15, la Maison du développement durable, en collaboration avec l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQÀM (ISE) et le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE-Montréal), présentait la conférence « L’influence des eaux souterraines sur les milieux naturels » de Marie Larocque, professeure au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère et d'Andréanne Paris de Conservation de la nature Canada. La conférence présentera les résultats d’études menées au Laboratoire naturel du mont Covey Hill en Montérégie, un exemple concret de collaboration entre des chercheurs et un organisme de conservation.

Contexte

La capacité d’un milieu naturel à absorber les variations hydrologiques subites est la clé pour que les écosystèmes puissent amortir les perturbations dues à l’activité humaine et aux changements climatiques. La conservation du territoire peut contribuer à maintenir ou à rétablir cette capacité à absorber les extrêmes hydrologiques (crues, étiages), réduisant ainsi la vulnérabilité des écosystèmes. Les sciences hydrologiques sont toutefois rarement intégrées au processus décisionnel en conservation, souvent par manque de données.

L’observation hydrologique et écologique fournit des données cruciales sur l’hydrologie des milieux naturels et sur les interactions entre l’eau et les espèces animales et végétales. Les travaux menés au mont Covey Hill ont permis de mieux comprendre la résilience à long terme d’une population de salamandres et d’une tourbière unique au Québec, des milieux directement influencés par les eaux souterraines qui subissent les effets des changements climatiques. Ont été au cœur de la démarche : dialogue et transfert des connaissances entre tous les intervenants, du chercheur au chargé de projet en conservation, en passant par le citoyen. 

Visionner la webdiffusion

Présentation des conférencières

Télécharger la présentation de Marie Larocque (PDF)
Télécharger la présentation d'Andréanne Paris (PDF)

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier l'ISE, le CRE-Montréal, Copticom, Novae, le Journal Métro ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2016 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+