Exposition Entrelacs Lumière de Sandrine Métriau

http://www.lamdd.org/RSVP

En détournant l’objet de son utilité première par une transformation et une esthétisation de sa matière, l’artiste fait un pied-de-nez à notre société de consommation. Crédits photo : Sandrine Métriau

Du 10 au 30 mai, la Maison du développement durable présente l’exposition Entrelacs Lumière de Sandrine Métriau, un projet unique mettant en vedette la lumière naturelle dansant à travers trois œuvres spectaculaires.

Les œuvres, réalisées à partir d’une matière issue d’objets produits en masse (briques de lait et de jus de fruits) ont été conçues avec la technique du tricot, un savoir-faire ancestral. Elles se jouent de la fonction première de l’objet (protéger de la lumière) puisque, tissées en carton et aluminium, elles mêlent visible et invisible, pour diffuser et laisser transparaître la lumière et couleurs.

En détournant l’objet de son utilité première par une transformation et une esthétisation de sa matière, l’artiste fait un pied-de-nez à notre société de consommation.

Vernissage et 5@7 CélibaTerre

Le vernissage se tiendra 10 mai à 12 h 15, dans le cadre du panel Le plastique au Québec : lumière sur son cycle et ses alternatives organisé en collaboration avec le Conseil régional de l'environnement de Montréal. Durée de l’événement : 1 h 30. Contributions volontaires. Pour réserver : www.lamdd.org/RSVP 

Cette exposition servira également de toile de fond à un 5@7 CélibaTerre qui se tiendra le 25 mai prochain à 17 h. Durée de l’événement : 2 h. Contributions volontaires. Pour réserver : www.lamdd.org/RSVP 

À propos de l'artiste

Sandrine Métriau vit et travaille à Paris. Diplômée de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, elle étudie à l’École des Beaux Arts de Milan et intègre dès 2007 le mouvement Saveart en réalisant sa première pièce textile : une robe originale conçue à partir d’emballage de lait et de jus de fruits en carton qui deviendra sa matière première de prédilection. L’ensemble de sa démarche artistique réside en une interprétation par décontextualisation d’une société de consommation grandissante et dévorante inculquant des valeurs matérialistes et individualistes.

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier le Conseil régional de l’environnement de Montréal, Fondaction, Copticom, Novae, le Journal Métro ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2016 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+