Exposition collective Ruches et artifices cartographiés

L’exposition collective Ruches et artifices cartographiés présente deux interprétations artistiques complémentaires réalisées à partir de plastique récupéré. Crédits : Ann Karine Bourdeau Leduc et Angela Marsh.

Du 12 avril au 3 mai, la Maison du développement durable présente l’exposition collective Ruches et artifices cartographiés d’Angela Marsh et d’Ann Karine Bourdeau Leduc, présentant deux interprétations artistiques complémentaires réalisées à partir de plastique récupéré.

Ruches

Ruches d’Angela Marsh comprend des œuvres sculpturales cousues qui rappellent des cocons fantomatiques de ruches désertées et posent un regard inquiétant sur des enjeux liés à nos interventions humaines : l’effondrement des colonies d’abeilles et le vide ressenti face à la perte et à la disparition d’une écologie collective. Une beauté pertubante et hantée se dégage de ses œuvres transparentes et translucides. L’artiste voit le processus de création, réalisée à partir du plastique récupéré dans sa vie quotidienne, comme un geste réparateur, conscient, la réalisation de quelque chose de précieux fait avec des matériaux jetés et polluants.

Artifices cartographiés

Artifices cartographiées d’Ann Karine Bourdeau Leduc s’inspire des îles de plastique créées par les courants marins dans les océans. La course à une consommation abondante et la pollution qu’elle engendre amènent les humains à créer de faux territoires, appelés « continents de plastiques ». Ce corpus d’œuvres est une mise en scène d’une nature synthétique créée à partir d’objets commerciaux altérés par la prise d’images et par diverses manipulations sculpturales. L’artiste parvient ainsi à créer un simulacre de l’objet par le rendu numérique d’une matière factice.

Vernissage et conférence

Le vernissage de cette exposition collective se tiendra le 12 avril à 12 h 15, dans le cadre de la conférence « Politiques entourant les pesticides : le Québec en voie de devenir un modèle? », donnée par Sidney Ribaux, directeur général d’Équiterre.

Durée de l’événement : 1 h 30. Contributions volontaires. Pour réserver : www.lamdd.org/rsvp 

À propos des artistes

Angela Marsh

Née à Montréal, originaire de Toronto et installée à Québec depuis 2008, Angela Marsh a commencé ses études en arts visuels à l’âge de 17 ans au Central Technical School’s The Art Centre et les a approfondies au Toronto School of Art et à l’Université Laval. Elle détient un Baccalauréat en histoire de l’art et en environnement et société de l’University of Toronto et une Maîtrise en éducation (axée sur les arts) de l’Ontario Institute for Studies in Education, University of Toronto. Ses écrits ont été publiés au Journal of Aesthetic Education (2004) et elle a présenté sa recherche dans plusieurs congrès académiques de Toronto. Elle a exposé son travail artistique dans plusieurs expositions de groupe à Toronto et à Québec.

Ann Karine Bourdeau Leduc

Pendant son parcours en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Ann Karine Bourdeau Leduc a perfectionné sa démarche artistique autour d’enjeux sociaux et environnementaux. C’est par des objets et matériaux à la fois manufacturés et fabriqués, ainsi que la mise en espace de l’image imprimée qu’elle développe son travail de création. Lauréate du prix Albert-Dumouchel pour la relève artistique, elle participera prochainement à des résidences artistiques en arts d’impression où elle poursuivra son exploration et ses recherches autour de l’image. En plus de sa pratique artistique, elle est cofondatrice du collectif d’artistes Local 16 qui cherche à démocratiser l’art actuel en Montérégie.

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier Équiterre, Fondaction, COPTICOM, Novae, le Journal Métro ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2016 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+