Acériculture et viticulture face aux changements climatiques : menaces ou opportunités ?

Des praticiens et scientifiques expliqueront comment l’acériculture et la viticulture anticipent l'évolution du climat pour modifier leurs pratiques et en tirer des bénéfices. Crédits photos : Ouranos

Le 5 avril 2016, la Maison du développement durable, en collaboration avec le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ), a présenté la table ronde « Acériculture et viticulture face aux changements climatiques : menaces ou opportunités ? », en partenariat avec le Consortium Ouranos. Cet évènement faisait partie du cycle de conférences « Faire face aux changements climatiques - Les tables rondes du RNCREQ ».  

Animée par Philippe Bourke, le directeur général du RNCREQ, la table ronde a présenté grâce à des praticiens et scientifiques comment deux activités, l’acériculture et la viticulture, s’adaptent aux impacts des changements climatiques et anticipent l'évolution du climat pour modifier leurs pratiques et en tirer des bénéfices.

Panélistes :

  • Anne Blondlot, agronome, Coordonnatrice du programme Agriculture, pêches et aquaculture commerciales, Ouranos - Téléchargez la présentation (PDF)
  • Daniel Houle, Coordonnateur du programme Ressources forestières d’Ouranos et chercheur à la Direction de la Recherche Forestière du MFFP - Téléchargez la présentation (PDF)
  • Philippe Roy, Spécialiste Scénarios et Services climatiques, Ouranos - Présentation téléchargeable à venir
  • Charles-Henri De Coussergues, Président sortant, Association des Vignerons du Québec et Président-directeur général et copropriétaire Vignoble de l’Orpailleur - Téléchargez la présentation (PDF)

Visionner la webdiffusion

 

Le contexte

Aujourd’hui, 97 % des scientifiques de la planète s’accordent pour dire qu’il y a bel et bien un réchauffement climatique et que ce phénomène est issu des activités humaines. Il est désormais indispensable de faire face aux impacts de ces changements qui affectent ou affecteront nos écosystèmes, notre santé, nos infrastructures et notre économie.

L’agriculture joue un rôle de premier plan dans la vitalité économique et sociale du Québec et de ses régions, de même que dans la protection et la mise en valeur du territoire. La production agricole est un des piliers du secteur bioalimentaire, qui englobe aussi les pêcheries et les activités de transformation et de distribution.

Ainsi, ce secteur représentait 7 % du produit intérieur brut (PIB) total et 12 % de l’emploi total du Québec en 2012 (MAPAQ, 2013). Les recettes monétaires agricoles représentaient à elles seules 7,6 milliards de dollars en 2012 sur 21,8 milliards de dollars pour l’ensemble du secteur bioalimentaire du Québec (MAPAQ, 2013).

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier le RNCREQ, Équiterre, le journal Métro, Novae, Copticom, ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de GES liées au transport des participants de la programmation 2016 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+