Moby Dick : L’avidité de l’homme contre les forces de la nature

Crédits : Caroline Jacques

Du 22 septembre au 17 octobre, la Maison du développement durable accueillera l'exposition Moby DickL'avidité de l'homme contre les forces de la nature, de l'artiste Caroline Jacques. Cette exposition fait écho au spectacle Moby Dick de Dominic Champagne présenté au Théâtre du Nouveau Monde à deux pas de la Maison. 

Les oeuvres, inspirées par la symbolique des icônes issues du roman Moby Dick d'Herman Melville, tentent d'illustrer différents enjeux de nos sociétés, dont le règne de l’oligarchie mettant en place des structures d'exploitation pétrolière, minière et autres pratiques destructrices qui triomphe sur la quiétude d’une nature abondante et fleurissante. Les toiles expriment la voix silencieuse d’une nature fragilisée, illustrant Moby Dick en blanc, s'opposant à la destruction, la pollution et la quête de l'huile, représentées symboliquement en opposant le clair et l'obscur. Devant cette dualité imagée, quels choix ferons-nous en tant que société?

Vernissage et échange avec les auteurs de l'Élan global

Le vernissage de l'exposition se tiendra le 24 septembre à 17 h, soit quelques heures avant la pièce Moby Dick de Dominic Champagne lancée au Théâtre du Nouveau Monde le soir même. 

À cette occasion, l'artiste donnera la parole à Martin Poirier, co-fondateur de l'initiative citoyenne « Non à une marée noire dans le Saint-Laurent ». Les auteurs de l'Élan global, Laure Waridel, Dominic Champagne, Annie Roy, Camil Bouchard, Éric Pineault et Karel Mayrand prendront également la parole pour un échange au sujet des élections 2015, du climat et du pétrole.

Durée de l’événement : 2 h. Contributions volontaires. Pour réserver : www.lamdd.org/rsvp 

À propos de Caroline Jacques

Elle est détentrice d’un baccalauréat en arts visuels de l’UQAM et d’une formation de 2e cycle en études de la pratique artistique de l’UQAR. Artiste engagée, elle est principalement préoccupée par l’environnement, les cétacés et la biodiversité. Elle nourrit sa démarche par des voyages à saveur scientifique et spirituelle, au cours desquels elle connecte avec les mammifères marins qu’elle chérit. L’artiste nous invite à la sauvegarde de la biodiversité des océans et à quérir les enseignements des cétacés. 

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier le Théâtre du Nouveau Monde, Journal Métro, Novae, Copticom ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2015 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+