Célébrations de la Journée internationale du bonheur

Crédits photo : Martine Michaud (Mishô)

Le 20 mars à 12 h 15, en réponse à l’invitation des Nations Unies qui a proclamé le 20 mars Journée internationale du bonheur en 2012, la Maison du développement durable, Équiterre et le magazine L’Itinéraire célébreront pour une première fois au Canada cette journée en accueillant un panel de discussion et une exposition de la photographe Martine Michaud (Mishô) ayant pour thème « Sur la route du bonheur national brut ».

Le panel 

Pour réfléchir à la question du bonheur national brut, la Maison du développement durable organise, en collaboration avec Martine Michaud et à l’occasion du vernissage de son exposition de photographies prises au Bhoutan, le panel de discussion intitulé Sur la route du bonheur national brut, animé par Sylvain-Claude Filion,
 rédacteur en chef de L’Itinéraire.

En 2014, le PIB suffit-il pour mesurer la richesse des populations? Devrait-on intégrer l’environnement et le bien-être de la population dans les instruments de mesure comme le PIB? Comment intégrer les trois volets — bien-être social, économique et environnemental ? Le bonheur national brut est-il réaliste comme outil de mesure? Que peut-on faire pour faire bouger les gouvernements? Comment répondre à l’aspiration de la population de voir ces changements arriver au plan des autorités politiques?

Pour répondre à ces questions, trois panélistes, s’intéressant aux enjeux de gouvernance, d’environnement et de développement durable :

  • Renaud Gignac, chercheur-associé à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS)
  • Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre
  • Ianik Marcil, économiste indépendant

Durée : 1 h 30. Contributions volontaires. Pour réserver : www.lamdd.org/rsvp

L’exposition

Du 20 mars au 10 avril, la Maison du développement durable accueille, en collaboration avec l’arrondissement de Ville-Marie, l’exposition Le Bhoutan : sur la route du bonheur national brut de Martine Michaud (Mishô).

Pays mythique ouvert aux étrangers depuis 1974 seulement, le Bhoutan mesure sa richesse à l’aide d’un indice original, le bonheur national brut (BNB), qu’il fonde sur quatre piliers : le développement économique responsable et durable, la conservation et développement de la culture bhoutanaise, la sauvegarde de l’environnement et la bonne gouvernance de l’État.  

« J’ai effectué deux voyages récents dans ce petit royaume himalayen de 750 000 habitants encerclé par l’Inde et le Tibet », résume la photographe. « Pendant deux mois, j’ai parcouru le pays d’ouest en est, en ville comme sur ses routes de montagne, aussi spectaculaires que vertigineuses. Un paradis pour la photo, surtout lorsqu’on prend le temps de sortir des sentiers battus », ajoute-t-elle.

Martine Michaud s’est particulièrement attardée à photographier les fêtes et rituels ainsi que la vie au quotidien dans l’espoir de capter les traces de ce « bonheur tranquille » qu’elle a pu déceler dans le regard de son peuple à la fois calme, serein et enjoué.

Un encan silencieux sera organisé pendant toute la durée de l’exposition. La moitié des profits servira à financer les prochains projets de l’artiste. L’autre moitié servira à aider à financer le lieu de diffusion culturelle de la Maison du développement durable.

Martine Michaud (Mishô)

Artiste photographe, Martine Michaud a d’abord enseigné la littérature et le théâtre dans des cégeps de la région montréalaise.  Dans le domaine du spectacle, elle remporte notamment un Félix de l’ADISQ pour la mise en scène de son concert holophonique Kâ en 1989. Elle œuvre ensuite comme cofondatrice et présidente d’une PME montréalaise productrice de logiciels et éditrice d’un magazine Web grand public.

Depuis 2007, elle se consacre exclusivement aux arts visuels. Sa production photographique comprend du reportage, du portrait ainsi que des photocompositions plus abstraites réalisées en chambre noire numérique. Ses œuvres, signées Mishô, sont présentées au public dans plusieurs expositions personnelles et de groupe depuis 2010. Elle est membre de l’Union des artistes et fait partie du collectif AME-ART (artistes du Mile-End).

Elle fait de la photographie depuis plusieurs années ce qui lui a permis de rassembler un corpus de milliers de photos captées dans divers pays. Voyageuse infatigable, elle s’intéresse plus particulièrement aux collectivités ayant conservé des cultures nationales fortes et vivantes malgré les effets de la mondialisation.

Merci!

La Maison du développement durable tient à remercier l’artiste, Équiterre, l’arrondissement de Ville-Marie, La Face Cachée de la Pomme, le journal Métro, Novae, ainsi qu’Alcoa, son partenaire principal à la programmation. Les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants de la programmation 2014 sont compensées grâce à un partenariat avec Planetair.

linkedin Google+